À travers nos food tours, nous avons à cœur de mettre en avant le savoir-faire des artisans de notre région. Sur cette page, nous vous présenterons ces passionnés avec lesquels nous avons le plaisir de collaborer pour vous offrir une expérience inoubliable.

Commençons par découvrir Benoît Nihant, l’un des seuls chocolatiers de Belgique travaillant directement son chocolat à partir de la fève de cacao. Durant notre food tour, vous aurez l’occasion d’en apprendre davantage sur la fabrication de ce chocolat belge d’exception, son origine et ses caractéristiques.


Benoît Nihant dans son atelier à Awans (à proximité de Liège)

Passons ensuite à la Brasserie {C}… Vous n’en avez jamais entendu parler ? Cela ne saurait tarder puisque l’histoire de Renaud Pirotte et de François Dethier, c’est LA success story de ces dernières années. Implantée dans le cœur historique de la ville, la Brasserie {C} propose aujourd’hui différentes bières de caractère qui méritent le détour tout comme l’architecture de ce lieu. Déguster la Curtius (leur bière blonde) sur leur magnifique terrasse, c’est notre coup de cœur de l’été !


Les fondateurs de la Brasserie{C}, micro-brasserie liégeoise


La Brasserie {C}


Vous aurez également l’occasion de déguster ces authentiques gaufres de Liège, sans doute la spécialité liégeoise la plus connue dans le monde. Chez « Une Gaufrette Saperlipopette », vous découvrirez cette douceur concoctée soigneusement dans le respect des traditions par Éric et Bénédicte, le couple d’artisans à la tête de cette pâtisserie bien connue des Liégeois. Le saviez-vous ? Ces deux passionnés sont les premiers en Belgique à n’utiliser que de la farine vierge sans additif.

Laurent Demoulin et Jean-Marie Klinkenberg écrivaient sur la cuisine locale en 2016 :

« Liège, cité ardente, patrie millénaire toujours prête à relever sa crête, réclamant de ses enfants un amour éperdu et exclusif, devait donc avoir une cuisine. Ou sinon toute une cuisine, au moins présenter des signes forts d’identité culinaire.

Première recette pour produire ces signes : décliner sous toutes les formes possibles le nom de la Cité. Car le mythe, c’est le verbe. À Liège, tout devra donc être liégeois. On aura ainsi la salade liégeoise (ou potée liégeoise), les boulets à la liégeoise, la fricassée à la liégeoise (et même les cailles à la liégeoise, les rognons à la liégeoise, le lapin à la liégeoise). Et le sirop sera de Liège. À ce jeu, il ne faut pas craindre la redondance : « La Salade liégeoise et ses petits lardons au sirop de Liège », ai-je pu lire sur la carte d’un restaurant. »

Extrait tiré des « Petites mythologies liégeoises » de L. Demoulin et J-M. Klinkenberg publié aux Éditions Tétras Lyre en 2016.